Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
LANDRAGIN Anne

Optimisation d'algorithmes en tomographie optique diffuse de fluorescence: apport des ondelettes pour la modélisation

 

Directeur de thèse :     Didier GEORGES

École doctorale : Electronique, electrotechnique, automatique, traitement du signal (EEATS)

Spécialité : Automatique et productique

Structure de rattachement : Grenoble-INP

Établissement d'origine :

Financement(s) : Bourse attribuée par un organisme

 

Date d'entrée en thèse : 03/10/2005

Date de soutenance : 20/01/2009

 

Composition du jury :
Valérie PERRIER, Professeur INP Grenoble, LJK - Grenoble, Examinateur
Françoise PEYRIN, Professeur, INSERM , Creatis, Lyon, Rapporteur
Ali Mohammad DJAFARI, Direct.Rech.CNRS, LSS, Gif S/Yvette, Rapporteur
Didier GEORGES, Professeur INP Grenoble, GIPSA-lab, Directeur de thèse
Anabela DA SILVA, Chargée Rech.CNRS, Institut Fresnel, Marseille, Examinateur-Encadrant
Jean-Marc DINTEN, Expert Senior, CEA Grenoble, Examinateur-Encadrant
jean-Marc DINTEN, E

 

Résumé : La tomographie optique diffuse de fluorescence permet de développer des systèmes d'imagerie fonctionnelle. Elle permet le suivi in vivo de la biodistribution de marqueurs spécifiques fluorescents, dans le but de développer de nouvelles thérapies, en particulier dans le domaine de l'étude de cancers. Le travail de cette thèse est appliqué au problème mathématique de la tomographie, qui peut être formulé en termes d'évaluation de paramètres physiques dans un ensemble d'équations aux dérivées partielles (EDPs). La Méthode des Eléments Finis (MEF) a été choisie ici pour résoudre ces EDPs, car elle permet de ne pas avoir besoin d'hypothèses sur la géométrie et les inhomogénéités du système. Mais elle consomme beaucoup de temps et de mémoire de calcul, principalement en raison des grandes dimensions des matrices impliquées. Notre objectif est d'accélérer la résolution du système. Pour cela, dans un premier temps, une analyse multirésolution a été choisie : les matrices apparaissant dans la version discrétisée des EDPs sont projetées sur une base orthonormale d'ondelettes de Haar ; on obtient alors des approximations des matrices, de taille réduite, contenant l'essentiel de l'information. En utilisant ces approximations à la place des matrices originales, le temps de calcul pour la résolution des EDPs est alors sensiblement réduit. Dans un deuxième temps, la méthode de Galerkin-ondelettes est choisie à la place de la MEF standard : les polynômes d'interpolation classiquement utilisés par la MEF sont directement remplacés par des fonctions d'ondelettes de Daubechies. On s'affranchit alors de l'étape du maillage, coûteuse en temps de calcul, ce qui permet de diminuer également du temps de calcul tout en gardant une qualité comparable de la solution.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31