Vous êtes ici : GIPSA-lab > Formation > Thèses soutenues
ECHELARD Thomas

Contribution à l'étude de la dynamique des glaciers rocheux dans les Alpes françaises par interférométrie radar différentielle (D-InSAR)

 

Co-directeur de thèse :     Michel GAY

École doctorale : Terre, univers, environnement (TUE)

Spécialité :

Structure de rattachement : Université Grenoble Alpes

Établissement d'origine :

Financement(s) : Contrat doctoral

 

Date d'entrée en thèse : 01/09/2010

Date de soutenance : 04/04/2014

 

Composition du jury :
Reynald DELALOYE, Département de Géosciences, Université de Fribourg - rapporteur
Viktor KAUFMANN, Institute of remote sensing and photogrammetry, Université de Graz - rapporteur
Xavier BODIN, EDYTEM, CNRS - examinateur
Charles LE COEUR, LGP, Université Paris 1 Pantheon Sorbonne - examinateur
Michel GAY, Gipsa-lab, CNRS - co-directeur
Philippe SCHOENEICH, PACTE, Université de Grenoble - directeur de thèse

 

Résumé : Les galciers rocheux sont l’une des expressions visibles du pergélisol de montagne (sol gelé en permanence) et sont à ce titre l’objet d’études nombreuses et variées depuis plus de 20 ans. On trouve généralement ces formes géomorphologiques particulières sur les versants alpins au-dessus de 2400m. Les galciers rocheux dits ”actifs” sont animés par des mouvements de quelques décimètres à quelques mètres par an dans le sens de plus grande pente. Dans cette étude, nous utilisons une méthode de télédétection satellitaire afin de détecter et d’évaluer le déplacement de nombreux glaciers rocheux dans les Alpes françaises. Cette méthode, appelée interférométrie radar différentielle, permet de détecter des mouvements de l’ordre du centimètre à la surface du globe en comparant deux images radar acquises à des périodes différentes. Des données provenant d’époques et de satellites différents (ERS, 1990 et TerraSAR-X 2012), ont été utilisées pour détecter et évaluer les vitesses de déplacement de nombreux glaciers rocheux dans les Alpes françaises. Alors que d’autres pays de l’arc alpin utilisent cette méthode depuis plusieurs années déjà, les bases de données créées dans ces travaux de thèse constituent la première contribution française à l’étude de la cinématique des glaciers rocheux par interférométrie radar différentielle. Finalement, nous proposons de discuter de la pertinence de cette méthode de mesure pour un suivi à moyen et long termes des glaciers rocheux dans les Alpes françaises.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31