Vous êtes ici : GIPSA-lab > Animation > Soutenances
Chargement

Étude de l'automatisation des mouvements d'écriture chez les enfants de 6 à 10 ans

Soutenance de la thèse de Laurence THIBON le 04/12/2018 à 10:00:00

Lieu :Salle Mont Blanc, 1er étage, Bâtiment D, Gipsa-lab, 11 Rue des Mathématiques - Domaine universitaire - 38400 Saint-Martin-d'Hères


Ecole Doctorale :Ingénierie pour la santé, la cognition et l''environnement (edisce)
Structure de rattachement :
Directeur de thèse : Sonia KANDEL

 

Financement(s) :
-autres financements
-autres financements

 

Date d'entrée en thèse: 01/09/2015
Date de soutenance: 04/12/2018


Composition du jury :Mme Marie-Line Bosse Professeure, Université Grenoble-Alpes, LPNC (CNRS UMR 5105), examinatrice.
Mme Marina Laganaro,Professeure, Université de Genève, FAPSE, rapporteure.
Mr Thierry Olive, Directeur de recherche, CERCA, Université de Poitiers, rapporteur.
Mr Jean-Luc Velay, Chargé de recherche, LNC, Université Aix-Marseille, examinateur.
Mr Pascal Zesiger, Professeur, Université de Genève, FAPSE, examinateur.


Résumé:Notre travail visait à comprendre le processus d'automatisation de gestes lors de l'apprentissage de l'écriture. Nous avons enregistré les mouvements d'écriture d'enfants d'école primaire avec une tablette digitalisante. L'analyse des données cinématiques indique que la majeure partie de l'apprentissage se fait de 6 à 8 ans. Il se stabilise entre 8 et 10 ans et marque le début de l'automatisation des mouvements d'écriture. Les résultats révèlent que les enfants plus jeunes produisaient les lettres trait à trait. Les plus âgés assemblaient des traits en groupes, qui augmentaient en nombre progressivement. La nature des traits affectait la mise en place des automatismes moteurs. Les lettres impliquant des mouvements de pointage (mettre le point sur le i) et de rotation (trait courbé du o) sont plus difficiles à produire car elles requièrent des traitements moteurs spécifiques. L'âge et la pratique de l'écriture permettent l'augmentation de la taille des programmes moteurs, mais celle-ci n'est pas seulement quantitative, elle s'accompagne d'une gestion différentielle en fonction du type de geste à réaliser. Writing is smooth and fast for adults because letter production relies on the prior activation of a procedural memory known as motor programs. Our investigation focused on how motor programs develop during writing acquisition. We recorded the writing movements of primary school children with a digitizer. The analysis of the kinematic data indicates that most learning takes place from ages 6 to 8. The children produce the letters stroke by stroke. Then they assemble the strokes into chunks, which gradually increase in size. The automation of writing movements begins between ages 8 to 10. However, letters involving pointing movements (putting the dot on the i) and rotations (curved line for o) are more difficult to produce than others because they require specific compensatory kinematic strategies. Therefore, this quantitative increase in procedural memory is also accompanied by qualitative information for certain types of strokes that require supplementary processing.


GIPSA-lab, 11 rue des Mathématiques, Grenoble Campus BP46, F-38402 SAINT MARTIN D'HERES CEDEX - 33 (0)4 76 82 71 31